Vendredi 6 Décembre 2013

Robert Vassoyan

Sans doute le seul homme au monde à pouvoir commencer une phrase en parlant de Cisco et la terminer en évoquant la Florence du Quattrocento. Ou vice versa. Directeur général de Cisco France depuis la promotion à des fonctions européennes de Laurent Blanchard, mais aussi féru de la Renaissance italienne et amoureux de la capitale toscane au point d’avoir prénommé le plus jeune de ses trois fils Arno, ce diplômé de l’Essec n’a pas son pareil pour faire la navette entre l’effervescence artistique, littéraire, philosophique et technique qui a prospéré sous l’aile protectrice de Cosme de Médicis et la révolution des moeurs induite par la numérisation de pans toujours plus larges de notre vie quotidienne. Au XVesiècle, une poignée de génies nommés Donatello, Paolo Uccello, Fra Angelico, Marsile Ficin ou Ghirlandaio changèrent la face du monde, grâce au mécénat avisé du fondateur de la dynastie des Médicis. Au XXIe, une autre révolution est en marche, dont l’épicentre est la Silicon Valley et l’un des principaux acteurs, Cisco Systems.

Une carte et de quoi noter
Qui dit révolution dit rupture, changement, adaptation permanente. Des notions au coeur même du patrimoine génétique de Cisco, assure le nouveau patron de la filiale française. Au coeur, aussi, de son histoire personnelle. Son grand-père paternel était un Arménien ayant fui le génocide pour trouver refuge en Syrie. Son père y naîtra avant de quitter le pays à son tour pour faire sa vie au Liban et y devenir pédiatre. Comme ses frères, Robert Vassoyan voit le jour à Beyrouth, qu’il ne quitte qu’à l’âge de dix-sept ans pour finir sa scolarité secondaire à Paris, lycée Stanislas. La prépa HEC, qu’il effectue ensuite dans le même lycée, comporte un cours de philo dont le thème est l’art : découverte de ce qui deviendra sa grande passion. A quarante-quatre ans, il estime être allé suffisamment de fois à Florence pour y avoir gagné le droit de ne rien faire, si ce n’est déguster un chocolat chez Rivoire sur la Piazza della Signoria, en regardant les pigeons voleter autour de la fontaine de Neptune ou l’ombre de David se découper sur la façade du Palazzo Vecchio. Mais gare au salarié de Cisco France qui songerait à visiter Florence sans passer voir au préalable son patron, muni d’une carte de la ville et de quoi noter !

Cette passion est d’ailleurs bien connue chez Cisco France, où Robert Vassoyan est arrivé en 2007 en provenance d’HP, la maison d’en face à Issy-les-Moulineaux. Après un début de carrière chez Renault, où il s’était initié au b.a.-ba du commerce et du marketing, le jeune diplômé avait rejoint Compaq France, chez qui oeuvrait alors aussi Laurent Blanchard. Après le rachat de Compaq par HP, il mettra son multiculturalisme à profit au poste de responsable des alliances stratégiques pour HP EMEA, avant de renouer avec une fonction plus opérationnelle comme patron des services d’HP France. Mais le coeur n’y était plus, et la proposition de rejoindre Cisco trop tentante pour être déclinée. Recruté comme directeur commercial en charge des PME-PMI (un quart du business environ), Robert Vassoyan devient en 2008 directeur général des grands comptes en remplacement, déjà, de son ancien collègue de Compaq, Laurent Blanchard. Un poste qui le mettait en orbite pour reprendre à sa suite les rênes de la filiale française. Sous l’oeil vigilant du PDG John Chambers, et avec la muette approbation de Cosme de Médicis.

Source : les Echos